QSE

Comment j’en suis arrivé là ?

Je me suis retrouvé sans emploi et je survolais les petites annonces, un mot revenait assez souvent : normes.
N’ayant pas de passion particulière pour les textes de loi et tout type de réglementation, je ne me suis jamais vraiment intéressé à ce genre d’interminables documents. L’opportunité d’une formation en QSE (qualité, sécurité et environnement) s’est présentée à moi, et comme c’était dans une école d’ingénieurs (ENSGSI de Nancy), je l’ai saisie. 9 mois plus tard, j’avais entre autres mon attestation d’auditeur interne pour les normes ISO en QSE. La plus célèbre est la norme ISO 9001, c’est aussi et surtout la plus utile dans une organisation. C’est celle qui permet de gérer efficacement la qualité, tant au niveau de l’organisation elle même que pour sa production (produits ou services). Ce qui est surprenant avec l’ISO 9001, c’est que quand elle arrive quelque part, elle simplifie la vie de tout le monde (une fois qu’elle est mise en place, bien sûr…), et pourtant, elle est non seulement accueillie comme la pire des contraintes, mais en plus elle est rejetée par le personnel avant même d’avoir été présentée.

Diplômes et certificats

Le plus utile à mon niveau, c’est bien sûr mon attestation d’auditeur interne pour les normes ISO en QSE, ensuite viennent se greffer d’autres formations plus anecdotiques comme le bilan carbone et autres dont le nom m’a échappé.

Concrètement…

Pour la qualité, j’ai participé activement à la mise en place d’une démarche qualité en vue d’une certification ISO 9001, c’est du travail chronophage (qui a déjà fait des logigrammes sur MS Word me comprendra) mais utile. Concernant les normes environnementales (ISO 14001), j’ai brièvement fait du conseil pour un bureau d’étude, mais c’était une activité annexe. Et enfin, la sécurité au travail, dans la réalité du quotidien, le bon sens est souvent plus utile que les normes, en tout cas, c’est l’impression que j’ai eue…